Menu

Augmentation mammaire


Augmentation mammaire par prothèses 


Principe 

L’augmentation mammaire désigne l’intervention qui permet de corriger une hypoplasie mammaire qui est un volume insuffisant des seins. L'hypoplasie est souvent due à un développement insufisant de la glande à la puberté. Elle peut subvenir également après une grossesse ou un amaigrissement. Le manque de volume peut être aussi associé à une ptose (affaissement du sein). 

Les patientes vivent souvent mal cette hypotrophie, la considérant comme un manque de féminité ce qui peut provoquer une perte de confiance en soi et un complexe. 

Afin de remédier à ce problème, l’intervention permet d’augmenter le volume de la poitrine trop petite par l’implantation de prothèses mammaires.

Avant l’intervention
Le Docteur ZAKINE, lors de la consultation vous fera essayer différents volumes d’implants pour que vous puissiez choisir la taille qui vous convient. Vous aurez ainsi, une excellente idée du résultat final. Votre chirurgien prendra en compte différents paramètres tels que votre poids, votre taille, vos grossesses, les allaitements, votre morphologie thoracique et mammaire, votre musculature, votre qualité de peau, la quantité de graisse de vos seins. Après avoir étudié tous ces paramètres, le Docteur ZAKINE vous proposera une stratégie opératoire.
Un bilan sanguin préopératoire ainsi qu’un bilan radiologique du sein (échographie, mammographie) conseillé après 35 ans seront prescrits. La patiente devra également consulter le médecin anesthésiste, au plus tard 48 heures avant l’intervention.
 
L’intervention
L’intervention se déroule sous anesthésie générale et nécessite le plus souvent une nuit d’hospitalisation. C’est une intervention réputée douloureuse, c’est pour cela que le Docteur ZAKINE effectue une anesthésie locale, en plus de l’anesthésie générale avant de mettre l’implant. Il existe plusieurs « voies d’abords » :
  • la voie aréolaire inférieure (petite incision à la limite inférieure la circonférence de l’aréole)
  • la voie axillaire (une incision sous le bras, dans l’aisselle).
  • La voie sous-mammaire (une incision placée dans le sillon situé sous le sein).  
 
Deux positionnements des prothèses sont possibles :
  • prémusculaires : les prothèses sont placées devant le muscle pectoral et sous la glande.
  • rétromusculaires : les prothèses sont placées en arrière du muscle.  
 
Un petit drain est généralement mis en place et retiré le lendemain.
Le Docteur ZAKINE effectue la suture de la peau de façon extrêmement minutieuse pour obtenir la cicatrice la plus fine et la plus discrète possible.
En fin d’intervention, un bandage élastique modelant est placé autour des seins. Un soutien-gorge sans armature métallique sera mis en place dès la sortie et pour six semaines.
 
Suites postopératoires
En général, la sortie s’effectue dès le lendemain et une ordonnance de traitement analgésique et antibiotique est prescrite.
 Des bas de contention sont portés pendant l’intervention et durant une semaine. La reprise du sport s’effectuera progressivement après un mois et demi.
 Le Docteur ZAKINE vous proposera des visites de contrôle à une semaine, deux semaines, un mois, trois mois, six mois et un an après l’intervention.

Types de prothèses : 
Les implants mammaires sont composés d’une enveloppe formée d’un élastomère de silicone lisse ou texturé et d'un gel de silicone ou de sérum physiologique. 

Les prothèses de gel de silicone sont de nos jours les plus utilisées, car elles donnent au sein un palper souple proche d’une consistance naturelle. 

La cohésivité des gels, évite, en cas de rupture, la diffusion du silicone.
En France, les prothèses disponibles respectent les normes de la communauté européenne et doivent avoir l'autorisation de l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Un registre national des prothèses mammaires a été mis en place par le ministère de la santé. 
 
Deux formes de prothèses existent : la prothèse ronde et la prothèse anatomique. Il a été constaté récemment d'exceptionels cas de lymphome anaplasique à grande cellule, toujours en rapport avec une paroi macrotexturée. Cette pathologie très rare est le souvent bénigne mais, par souci de précaution, les implants macrotexturés ont été interdits en 2019. La plupart des impants anatomiques, pour empêcher la rotation, sont de surface macrotexturés. C'est pour cela que le Dr ZAKINE ne vous proposera aujourd'hui que des implants de forme ronde. 



Implants associés à une mastopexie
En cas de ptose mammaire associée (les seins sont tombants, les aréoles sont trop basses, et il y a souvent une asymétrie), il peut être nécessaire d'enlever la peau en excédant. Une résection de peau autour de l'aréole est le plus souvent effectuée, elle peut être complétée par une cicatrice verticale et éventuellement horizontale. C'est dans certains cas une véritable plastie mammaire qui est associée à l'augmentation de volume par implants. Cette résection de peau n'est pas douloureuse et votre chirurgien vous proposera d'effectuer les cicatrices strictement nécessaires. L'intervention est généralement un petit peu plus longue.  
Les suites postopératoires sont les mêmes que l'augmentation mammaire par implants seuls; les points de sutures seront enlevés à la fin de la deuxième semaine.

Patiente de 47 ans, ptose mammaire à 3 cm avec asymétrie. Intervention : augmentation mammaire par implant de 260 ml en dual plan avec mastopexie périaréolaire.

-----------------------------


Patiente de 19 ans présentant des seins tubéreux avec asymétrie. Intervention : Augmentation par implants ronds de 260 ml associée à une mastopexie périaréolaire et plastie glandulaire. Résultat à 3 ans. 

-------------------------------


Patiente de 30 ans ayant perdu 20 kg et présentant une ptose à 4 cm et une peau très ramollie. Intervention : augmentation par implants ronds de 200 ml en dual plan avec mastopexie périaréolaire, verticale et horizontale. Résultat à 3 mois.

-------------------------------